La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

La cause kurde, de la Turquie vers l’Europe


Auteur :
Éditeur : Compte d'auteur Date & Lieu : 2008, Paris
Préface : Pages : 749
Traduction : ISBN :
Langue : FrançaisFormat : 210x297 mm
Thème : Thèses

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
La cause kurde, de la Turquie vers l’Europe

La cause kurde, de la Turquie vers l’Europe : Contribution à une sociologie de la transnationalisation des mobilisations

1. Immigration, nationalisme à distance et politique contestataire

Plus de vingt ans se sont écoulés entre le premier et le dernier de ces événements, et pourtant l’impression de permanence et de récurrence domine : des personnes le plus souvent originaires de Turquie, s’auto-définissant comme kurdes, se jouent des frontières intraeuropéennes et organisent des manifestations dans l’objectif de dénoncer la politique turque vis-à-vis des Kurdes et de demander aux Etats de leurs pays de résidence et aux autorités européennes de s’impliquer davantage dans la résolution de la question kurde en Turquie. Cet ancrage dans la durée des modes d’action et des revendications se conjugue de plus à une réelle continuité et à une profusion sans guère d’équivalent : entre 1982 et 2008, il n’est vraisemblablement aucun mois qui n’ait vu au moins une manifestation pro-kurde et, au-delà, la moyenne annuelle des événements protestataires organisés en Europe pourrait être de plusieurs centaines, voire d’un demi-millier6. Cette régularité et ce foisonnement font peutêtre des Kurdes de Turquie, qui constituent une population d’environ un million de personnes « issues de l’immigration », d’une part l’un des groupes les plus « protestataires » en Europe, et d’autre part le groupe protestataire le plus « européanisé » (si l’on entend par ce terme le fait de s’organiser à l’échelle européenne, de s’adresser aux autorités européennes, et de participer à des actions protestataires dans un autre pays européen que le sien). Mais comment retracer l’émergence de ces mobilisations en Europe ? Comment expliquer que nombre de jeunes gens d’origine kurde s’engagent dans des actions qui ne les concernent pas toujours directement et dont ils ne pourront profiter à court terme ? Comment rendre compte, surtout, des raisons qui poussent de jeunes sympathisants à s’immoler par le feu en Europe ? Plus qu’au « phénomène migratoire » ou à la « question nationale » kurde, c’est à l’analyse de ces « mobilisations transnationales » et du principal parti qui les porte, le PKK (Partiya Karkerên Kurdistan, Parti des Travailleurs du Kurdistan), que cette thèse est consacrée...


Table des Matières

Sommaire

Introduction / 15
A. Un objet à la croisée de différents domaines de recherche / 17
B. Action contestataire et transnationalisation : questions et partis pris théoriques / 25
C. Implications méthodologiques : croiser les éclairages / 40
D. Hypothèses et grille de lecture : l’action transnationale en contextes / 50

Chapitre I. Mobiliser par delà les frontières / 61
Introduction : de la transnationalisation des mouvements à celle des mobilisations / 63
Section 1. Nationalisation et transnationalisation du mouvement kurde de Turquie / 67
Introduction / 67
A. Le mouvement kurde dans les années 1950-1960 : l’arrimage national / 69
B. Les logiques de la radicalisation : violences et répression / 81
C. L’implantation des différents mouvements de Turquie en Europe / 98
Conclusion / 115
Section 2. La « diaspora kurde » : de la dispersion à la mobilisation / 117
Introduction : mobiliser et être mobilisé / 117
A. L’immigration : une population potentiellement mobilisable / 119
B. La construction des identités : dynamiques des pays d’origine et d’accueil / 135
C. Vers un horizon d’action transnational : les mobilisations de l’exil / 146
Conclusion / 161
Conclusion du chapitre I / 162

Chapitre II. Vers l’internationalisation du conflit ? / 165
Introduction / 167
Section 1. Entre interne et externe : opportunités et contraintes du mouvement kurde / 171
Introduction / 171
A. La question kurde dans les relations turco-européennes / 172
B. Quand l’interne et l’externe s’entremêlent : l’exemple singulier de l’Allemagne / 187
Conclusion / 214
Section 2. La médiatisation des mobilisations : l’exemple de l’« affaire Öcalan » / 217
Introduction / 217
A. Etudier la couverture médiatique des mobilisations kurdistes en Europe / 217
B. Attention journalistique et cadrages médiatiques lors de l’« affaire Öcalan » / 231
C. Des événements qui parlent… à certains : la protestation kurdiste dans la presse / 241
Conclusion : l’« affaire Öcalan » au sein de la question kurde / 259
Conclusion du chapitre II / 264

Chapitre III. La dynamique de l’action protestataire : homogénéiser les espaces / 265
Introduction / 267
Section 1. La Protest Event Analysis : éléments de méthode / 270
Introduction : l’analyse quantitative des événements protestataires / 270
A. Analyser la protestation kurdiste à partir d’une revue de presse spécialisée / 276
B. Evaluer les biais d’une sélection de sources sélectives / 286
C. Degré de systématicité dans le temps des biais liés à la revue de presse / 296
Conclusion / 309
Section 2. Référentiels et temporalités de la protestation en Europe / 312
Introduction / 312
A. L’émergence d’un cycle de protestation kurdiste en Europe ? / 312
B. Entre référentiels turc et référentiels européens : les Kurdes en mouvement / 326
C. Une temporalité autonome, réactive et proactive : le rythme de la protestation / 337
Conclusion / 349
Section 3. Variations d’échelles : structurations nationale et locale de la protestation / 351
Introduction / 351
A. La mouvance PKK à l’épreuve de la fragmentation européenne / 352
B. Quand la mobilisation s’emballe : des campagnes à plusieurs échelles / 375
Conclusion / 390
Conclusion du Chapitre III / 391

Chapitre IV. Contexte, culture politique et formes des mobilisations / 393
Introduction : qu’est-ce qu’un « répertoire d’action » ? / 395
Section 1. La composante culturelle des répertoires / 410
Introduction / 410
A. Comment se constitue le répertoire d’un mouvement ? / 410
B. Répertoire(s) et structure du répertoire : l’invention d’une tradition protestataire / 429
Conclusion / 446
Section 2. « Le choix des armes », à moyen ou plus court terme / 447
Introduction : éléments de méthode / 447
A. A chaque mode d’action son objectif ? / 450
B. Interactions manifestantes et processus violents / 463
Conclusion / 482
Conclusion du chapitre IV / 483

Chapitre V. Le militant et l’institution : jusqu’à mourir pour la cause ? / 485
Introduction / 487
Section 1. Pouvoir et vérité au sein du PKK / 491
Introduction / 491
A. Doctrines et projets politiques / 492
B. La matérialisation du verbe dans différentes branches de l’organisation / 514
Conclusion : Autorité charismatique et rôles militants / 545
Section 2. Négocier avec l’institution, en Turquie et en Europe / 552
Introduction / 552
A. Dispositions et réseaux de recrutement en zones kurdes et en zones mixtes / 555
B. Modalités de l’engagement et trajectoires au sein de la mouvance PKK / 565
Conclusion : l’institutionnalisation de la domination / 578
Section 3. Héros et traîtres : pour une sociologie de l’arme corporelle / 581
Introduction : / 581
A. La construction sociale du désir de mourir pour la cause / 582
B. Des raisons d’une pratique radicale : les immolations par le feu en Europe / 608
Conclusion du Chapitre V / 638

Conclusion générale / 641
Annexes / 649
Bibliographie / 683
Liste des sigles rencontrés / 733
Table des graphiques, tableaux et encadrés / 741
Table des matières / 744




Fondation-Institut kurde de Paris © 2022
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues