La bibliothèque numérique kurde (BNK)
Retour au resultats
Imprimer cette page

Dynamiques industrielles comparees de la Turquie et de l’Europe du sud


Auteur :
Éditeur : Université Paris Nord Date & Lieu : 1992, Paris
Préface : Pages : 246
Traduction : ISBN :
Langue : FrançaisFormat : 210x295 mm
Code FIKP : Liv. Fre. Tan. Dyn. N° 3076Thème : Thèses

Présentation
Table des Matières Introduction Identité PDF
Dynamiques industrielles comparees de la Turquie et de l’Europe du sud

Dynamiques industrielles comparees de la Turquie et de l’Europe du sud

Abuser Tanriverdi

Université Paris Nord

Les pays d’Europe du Sud faisant l’objet de cette étude ont connu une évolution économique industrielle controversée. Le tableau 11-01 indique le niveau économique et social de ces pays.
La Turquie a un niveau économique très en arrière par rapport aux autres pays de l’Europe méditerranéenne d’après les indicateurs de bases. La croissance de la population turque a toujours un taux annuel moyen supérieur aux taux de croissance des pays les moins développés de la CEE et l’Irlande qui pour la même période avec près d’un pour cent est le pays où les naissances sont plus élevées de la CEE. C’est le signe que la Turquie fait recours à la force du travail pour son développement économique au lieu d’une technologie avancée...



INTRODUCTION

Les deux dernières décennies ont fait vivre aux pays industrialisés une crise industrielle structurelle profonde. Cette crise a touché tous les pays industrialisés sans exception. Les politiques de redéploiement et de réajustement ont permis a ces pays avancés d’entrer dans la décennie 90 avec une structure industrielle rajeunie.

Les pays industrialisés de l’Europe du Sud ont été touchés à leur tour par cette crise. Mais l’ampleur fut moindre. Car ces pays n’avaient pas encore atteind les niveaux des pays du Nord.

Notre recherche est porté sur les quatre pays de l’Europe méridionale dont un n’est pas membre de la communauté économique européenne.

Les pays de la péninsule ibérique et la Grèce ont des niveaux industriel et globalement économique plus élevé que celui de la Turquie. Ce dernier met tout en oeuvre pour rattrape son retard. Les années 80 ont été sur le plan de la production industrielle et le commerce décisivent pour la Turquie. Les efforts qui ont permis à son Premier Ministre de présenter, le 14 avril 1987, la candidature de la Turquie à la CEE pour devenir un membre à part entier.

Ce travail est composé de deux parties. Au sein de la première est regroupé l’état de la structure économique et les performances industrielles de ces pays aussi bien sur le plan national que vis-à-vis du monde extérieur. Notamment il est question d’étudier les structures industrielles, la spécialisation et les efforts de redéploiement. Les performances extérieures constituent la grande partie de cette première partie.

La structure géographique des échanges, les clients et les fournisseurs privilégiés occupent une part importante du deuxième chapitre.

La deuxième partie, quant à elle, est consacrée à la dynamique et à la compétitivité industrielle. Les différents facteurs influençant la compétitivité sont développés dans la première chapitre de cette partie. Le comportement des prix à l’exportation est expressément analysé.

La dynamique des avantages comparatifs de chaque pays est étudié par une analyse plus fine en prenant en compte chacune des branches de l’industrie manufacturée.

La file de conduit de ce travail est basé sur trois livres, "la compétitivité industrielle"[1], "la fin des avantages acquis"[11], et "le Commerce International"[2]. Nous avons largement inspiré des analyses développées dans ces études pour étudier le cas des quatre pays de l’Europe du Sud.

Entre outre, les deux mémoires de DEA [5] et de la maîtrise [6] se rapportant au sujet ont parmi d’approfondir les connaissances sur le sujet.

La première partie

La structure economique et performances industrielles

I — Des economies aux performances inegales

I.A) - Des structures internes heterogenes

Les pays d’Europe du Sud faisant l’objet de cette étude ont connu une évolution économique industrielle controversée. Le tableau 11-01 indique le niveau économique et social de ces pays.

La Turquie a un niveau économique très en arrière par rapport aux autres pays de l’Europe méditerranéenne d’après les indicateurs de bases. La croissance de la population turque a toujours un taux annuel moyen supérieur aux taux de croissance des pays les moins développés de la CEE et l’Irlande qui pour la même période avec près d’un pour cent est le pays où les naissances sont plus élevées de la CEE. C’est le signe que la Turquie fait recours à la force du travail pour son développement économique au lieu d’une technologie avancée.
La production à haute intensité capitalistique est loin d’atteindre les niveaux européens.

La part des exportations des machines et matériel de transport (5 %) dans l’ensemble des exportations turques confirme le niveau peu développé, d’une manière ensemble de l’industrie capitalistique turque.

L’Espagne est de loin le pays le plus répondant aux exigences d’un pays industriel et développé. Tous les indicateurs le confirment. Le pourcentage des exportations des machines et matériel de transport est d’ordre de 36% La consommation d’énergie par habitant en équivalent pétrole est 2,6 fois supérieur aux niveau de la consommation de la population turque qui consomme 837 kilogrammes d’équivalent pétrole (é.p.) par habitant contre 1470 kg. é.p. au Portugal et 2046 en Grèce.

…..




Fondation-Institut kurde de Paris © 2022
BIBLIOTHEQUE
Informations pratiques
Informations légales
PROJET
Historique
Partenaires
LISTE
Thèmes
Auteurs
Éditeurs
Langues
Revues